Hashtag ou mot-dièse?

- 25 janvier 2013
croisillondiese
Pauvres américains. L’auteur de ce billet de Gizmodo ne semble pas concevoir que les Français osent utiliser mot-dièse plutôt que hashtag. Dans les commentaires , on s’emballe: c’est parce que les Français détestent les américains! On se calme: il ne s’agit que de créer de nouveaux mots qui respectent mieux les règles du français pour décrire de nouvelles réalités ou concepts.
C’est vrai que mot-dièse est moins accrocheur que courriel. En plus, il s’agit d’un croisillon et pas d’un dièse. Vous imaginez « mot-croisillon »? C’est comme infonuagique, qui ne m’emballe vraiment pas. Dans ce billet sur le site du Nouvel Observateur, on parle de « suicide terminologique ». Moi, ce qui me donne envie de mourir, c’est de lire les sites français ou l’on vous propose de booster votre hardware et le top des softwares pour le cloud!
Qu’est-ce que vous allez utiliser?

Pascal j’y pense, me suivez-vous sur Twitter? Forget

P.-S. Les Américains s’étonnent que le monde entier ne rêve pas de parler américain, mais en même temps, le seul pays civilisé au monde qui n’utilise pas encore le système métrique… c’est les États-Unis. Ça me fait rire.

P.-P.-S. Je reviens lentement à la vie après une attaque d’un virus assez foudroyant qui m’a fait perdre 5 livres et qui a un peu déboussolé mon horaire. Merci à la technologie avancée de la soupe au poulet fluorescente en sachet et des boissons à saveur de sportif.

Catégories: Technologie

Abonnez-vous à cet article

4 commentaires

  1. LeTechnophile dit :

    Je préfère le simple « mot-clé », mais l’expression « mot-clic » qui était apparue récemment définissait bien le « hashtag »: un mot-clé sur lequel on clique… pourquoi pas?

    Mais mot-dièse ne veut ABSOLUMENT RIEN dire! C’est pire que simplement « mot-clé »…

    Étonnant aussi que les Français n’aient pas tout simplement adopté « hashtag »…ou serait-ce une stratégie (parlant de suicide terminologique) pour que les Français ignorent ce terme horrible et continuent d’utiliser hashtag afin qu’il finisse par être accepté officiellement? #complot

  2. Hummmm dit :

    La bonne « p’tite soupe de malade » Lipton, rien de mieux pour se remettre sur le « piton » (Sans jeux de mot… Piton, clavier, ordinateur) Désolé. elle était trop facile…

    Pour revenir à l’article, on a oublier l’autre terme qui me frise les oreilles, le Webmestre (Web Master)… Brrrrr Je commence à m’habituer à courriel, Texto, pourriel… Un Hashtag deviendrait un « Mot dièse » ? C’est pas un peu comme la traduction de « The Dukes of Hazard » qui avait été traduit en « Chérif, fait moi peur » ? Ça fait pas un peu bizarre… La manie de tout traduire… Les français, comme faisait remarquer Pascal avec sont example, ils ont le tour de franciser des mot anglophones, pourquoi on ferait pas la même chose ? On « chauffe » des « chars » avec nos « tire d’hiver » ? Et en hiver, c’est important d’avoir du « Windshield Washer » (Certain disent de « Winshir Washer ») et de bon « Whippers » ? Pourquoi pas, nous aussi, utiliser des Hashtag ?

    Une idée comme ça… :-)

    Bonne fin, de « frette » et fin de semaine…

  3. Patrice dit :

    Je préfère le « mot-clic » québécois.

  4. Realnoize dit :

    Moi, la francisation à outrance… Quand elle respecte une certaine logique, oui, je suis d’accord, mais parfois, la traduction française a pour moi, absolument aucune logique et je ne fini par ne plus rien comprendre.

    Pas pour rien que tous mes logiciels, y compris mon système d’exploitation sont (oh, sacrilège!) tous en anglais. Autrement, je ne comprends plus rien. Prenez par exemple Microsoft Word. En anglais, le terme « template » est utilisé. Et MALGRÉ le fait qu’il existe un terme français pour ça qui est « gabarit », et bien non, Microsoft a décidé d’utiliser le terme « masque »… Excusez-moi, mais « de quossé »???? Idem pour la plupart des logiciels. Les traductions sont laissées au bon vouloir des compagnies, qui n’utilisent pas tout le temps des termes appropriés ou même compréhensibles.

    Et pour ce qui est de la francisation des termes informatiques généraux, même si je ne suis pas un grand fan de « courriel », il reste que le terme a néanmoins un certain sens et il est facile de l’accepter. Mais je me rappelle de l’abération qu’était « cédérom ». Franchement, c’est d’une nullité! CD-ROM (en anglais) était un acronyme qui signifiait quelque chose (Compact Disc Read-Only Memory). Alors que « cédérom » ça veut dire quoi? Ça ne veut RIEN DIRE. C’est franciser un mot en essayant d’écrire un acronyme au son que ça fait.

    « Infonuagique » est un autre terme frankenstein que je déteste. Normalement, on comprend que placer « info » devant quelque chose donne une signification informatique à ce qui suit, sauf que « nuagique » est un terme qui n’a que peu de sens. Selon certains dictionnaire, c’est un dérivé de « nuageux » qui n’est plus utilisé. Mais bref, j’ai toujours l’impression que les traductions françaises sont faites par des gens qui ne comprennent RIEN des termes qu’ils ont à traduire.

    Personnellement, je crois que les traductions « officielles » doivent avoir du sens, en tenant compte du contexte. Et parfois, pourquoi pas la francisation? Plusieurs termes anglophones ont été officiellement « francisés » directement ou adaptés en français.

    Dans le cas du hashtag, c’est une combinaison de « hash », qui signifie couper en petits morceaux (d’où le pourquoi ce nom a été donné à ce symbole, comme des marques de couteau horizontales et verticales), et le mot « tag » qui s’apprente dans ce contexe à une identification, tel un graffitti qui « identifie » un auteur, une bande, ou autre…

    Le terme « tag » est d’ailleurs francisé selon le Larousse.

    Alors pourquoi, si « croisillon » est (effectivement) laid à utiliser, ne pas simplement parler de « tag » tout court? Parce que « mot croisillon », ce n’est pas seulement laid, mais ça ne veut RIEN DIRE non plus. Un mot, avec un croisillon. Oui, pis après? Ça ne dit pas ce que c’est, ni à quoi ça sert.

    Tag, lui, indique une identification. Ça, au moins, ça signifie quelque chose. Non?

Laisser un commentaire

 caractères disponibles