Journée sans écran

- 22 avril 2012

Pour le Jour de la terre, l’école Aux Quatre-Vents de la région Chaudière-Appalaches propose de vivre une journée sans écran.

Pas de télé, de jeu vidéo, ni de cellulaire. Donc pas de Facebook, pas de Twitter, pas de textos. J’en connais qui vont trouver ça dur.

J’y pense alors que je tape ce billet, devant mon grand écran. Je vais prendre le temps de sortir dehors malgré la grisaille. Mais ensuite? Est-ce que lire un livre électronique ça compte? (Je ne me souviens plus du dernier livre papier que j’ai acheté.)

Dans mon cas ça veut dire « ne pas travailler ». Tout mon travail tourne autour des écrans, de la recherche jusqu’à la diffusion à la télé.

Je pensais faire de la cuisine, mais je trouve habituellement mes recettes sur Internet.

Une chose que je constate depuis quelques temps: décrocher complètement des écrans fait vraiment du bien. Laisser son téléphone de côté, pas seulement pendant qu’on s’entraîne; éteindre son ordinateur quand on commence à rafraîchir compulsivement sa page Facebook parce qu’on s’ennuie. On revient la tête plus fraîche.

Ce qui est très drôle, c’est qu’on invite les participants à envoyer leur commentaires par courriel. J’imagine que c’est après… Il y a une façon d’envoyer un courriel sans écran?

Pascal avec moins d’écran aujourd’hui Forget

Catégories: Technologie

Abonnez-vous à cet article

5 commentaires

  1. Michel Bellemare dit :

    Et si la sagesse était dans l’équilibre? L’écran n’est pas un objet démoniaque, qu’il faut bannir dans un rituel vert. La technologie a sa place, et je me méfie d’un monde où les rituels symboliques (et plus ou moins débiles), remplacent les actions utiles et réfléchies.

  2. Bobert dit :

    A la place de faire une journée sans écran, passez donc un petit peu moins de temps devant chaque jours.

  3. Laurenjeade dit :

    Cette religion de l’écologie commence à ressembler à du fanatisme. Il y a effectivement une tentative de démoniser la technologie. Moi, j’ai commencé à décrocher de la rhétorique écolo quand je me suis aperçu qu’on demande aux gens de réduire leur soi-disante empreinte écologique, mais qu’on en demande jamais autant aux grosses compagnies polluantes.
    J’ai aussi décroché le jour où un adepte de la simplicité volontaire a dit qu’il n’achetait plus de livres, mais les empruntait à la bibliothèque ou les achetait usagés. Avec une telle mentalité, pas étonnant que les libraires ont de la difficulté à ne pas faire faillite. La plupart des écolos ignorent-ils que la grosse majorité des livres sont publiés sur du papier recyclé? Ce n’est pas exactement l’objet culturel le plus polluant sur terre! Face à ces écolos qui se trompent de cible, il m’arrive de me méfier plus souvent qu’à mon tour du discours écolo.

  4. Sylvain dit :

    Autre suggestion pour sauver la planète. Cessez de créer de la surconsommation en changeant vos appareils Apple à tous les ans!

    J’ai une tablette motorola xoom qui me convient et un téléphone intelligent RAZR qui font très bien la job et que je vais changer le jour où ils vont cesser de fonctionner.

  5. divorce dit :

    S’est vrai ça fais du bien de décrocher un peu du pc, du portable.. Moi aujourd’hui j’ai flâné dans Paris malgré la grisaille. Je viens d’allumer mon pc juste le temps de vous envoyez ce post les yeux fermés ;)Bise

Laisser un commentaire

 caractères disponibles