Une activité pour adolescentes

- 17 février 2012

Filles et la science
Si vous avez une jeune nerd dans votre entourage, ne ratez pas la journée Les filles et la science, demain, le samedi 18 février 2012 à Polytechnique Montréal. Une journée où près de 300 adolescentes auront la chance de voir les sciences et les technologies comme elles ne les ont probablement jamais vues.

C’est une belle occasion de vivre des expériences en direct, avec des animatrices qui travaillent dans le domaine des science. Il reste quelques places! Cliquez ici pour les détails et l’inscription (n’oubliez pas d’emporter un lunch: la stimulation des méninges stimule aussi l’appétit).

Pour dire, j’aimerais être une ado en ce moment.

Pascal science! Forget

Catégories: Événements

Abonnez-vous à cet article

6 commentaires

  1. Michel Bellemare dit :

    Encore une mesure ciblant les femmes, alors que le décrochage affecte davantage les garçons, et qu’ils sont sous-représentés à l’université. À quand une journée «Les garçons et la médecine» pour contrer la féminisation de cette profession?

  2. Alexandre dit :

    Michel, je ne vois pas le problème. Le but ici n’est pas de contré le décrochage mais bien d’initié les adolescentes aux sciences.

  3. Michel Bellemare dit :

    Le problème Alexandre, c’est que ce n’est pas les filles qui ont des problèmes avec l’école, mais ce sont elles qui ont des programmes comme «Chapeau les filles» où cette journée. L’équité vous connaissez?

  4. Patrice dit :

    Ah bon? Ce ne sont pas les filles qui ont un problème avec l’école? Pour ma part, je vois autant de filles que de garçons décrocher, et je travaille depuis 4 ans dans le domaine. Je ne dis pas que mon échantillon est représentatif, mais bon, je crois quand même que je n’ai pas tout faux.

    Cependant, je suis d’accord qu’il n’y a pas assez d’initiatives destinées aux garçons. Maismil n’y en a pas tellement pour les filles nom plus.

  5. Michel Bellemare dit :

    Pourquoi devrait-on cibler les activités pour les garçons ou pour les filles? Google organise une activité de promotion des sciences pour tous. À bas le «clientèlisme»! Des organismes contre le cancer, l’intimidation ou la violence sans cibler la clientèle.

  6. Michel Bellemare dit :

    Pour Patrice, au delà des perceptions, la réalité est la suivante: taux de décrochage chez les garçons: 21.5% et 13.6% chez les filles (données du Ministère de l’éducation rapportées dans le J. de Mtl. 19 fév.)

Laisser un commentaire

 caractères disponibles