Canoë comme page d'accueil English

Une nulle à saveur de victoire

- 28 juin 2017

blogGL1L’expression «un match nul, c’est comme embrasser sa sœur» a souvent été utilisée dans le domaine sportif. Mardi soir, au parc Ahuntsic, le verdict nul de 5-5 était plutôt pour l’équipe de Gonzalez/Laraque «comme embrasser la fille de ses rêves» (ou d’aimer beaucoup trop sa sœur).

Sur papier, les chances semblaient effectivement plutôt minces pour l’équipe Gonzalez/Laraque (91.9 Sports) de rivaliser avec les Orioles de Montréal, de la Ligue de baseball junior élite du Québec.

Or, un match de baseball se dispute toujours sur le terrain. D’où l’importance de mettre un peu d’ambiance (et de s’amuser avec l’arbitre) pour déstabiliser l’adversaire…

Faut préciser que Stéphane Gonzalez a fait un excellent travail pour bâtir une équipe compétitive en rassemblant plusieurs joueurs de haut niveau, dont quelques anciens de calibre junior élite. Renaud Caron-Catellier et Sébastien Bougie faisaient notamment partie de la formation.

blogGL2Personnellement, j’allais tout simplement assister à ce match quand Laraque m’a demandé si j’avais le goût de jouer. J’ai immédiatement accepté même si j’aurais pu alors rédiger une chronique intitulée «10 façons de se vêtir qui ne respectent pas le code vestimentaire du baseball».

J’ai donc proposé de servir de receveur dans l’enclos des releveurs, mais on m’a aussi utilisé au deuxième but.

Le match s’est donc terminé 5-5, après une manche supplémentaire. Du beau baseball!

Au-delà de cette nulle à saveur de victoire, il faisait bon de partager le moment avec les Gonzalez, Laraque, Caron-Catellier, Bougie, Willy, Dostaler et j’en passe… Coup de cœur personnel pour mon vieux chum Pierre-Louis Sanschagrin qui s’est amené au monticule comme un maître même s’il avait lancé, pour la dernière fois, au siècle passé.

Abonnez-vous à cet article

Laisser un commentaire

 caractères disponibles