Canoë comme page d'accueil English

Bonne réponse

- 9 novembre 2012

Quand j’ai croisé le gardien Cédrick Desjardins au Centre Bell, jeudi après-midi, je ne m’attendais pas à de très grandes confidences lorsque je lui ai parlé de son ancien coéquipier Mark Barberio, du Crunch de Syracuse. Or, en discutant, le gardien m’a avoué avoir déjà plaidé la cause du jeune défenseur québécois dans le bureau de son ex-entraîneur afin qu’on lui donne une chance de jouer… C’est ce qu’on appelle un beau hasard qui donne du matériel intéressant à un journaliste (texte complet).

«Est-ce que Mark t’a déjà remercié pour ça?», ai-je ensuite demandé à Cédrick.

- «Non, il n’est pas au courant que j’ai déjà fait ça pour lui.»

Maintenant, il le sait.   

—–

Soit dit en passant, si Mark Barberio s’appelait Marc Bérubé, parions qu’il serait beaucoup mieux connu au Québec.

 

Abonnez-vous à cet article

1 commentaire

  1. marc | 10 novembre 2012 à 16 h 33 min

    Oui, il serait plus connu au Québec mais il aurait moins de chances de jouer un jour dans la LNH… À choisir, un gars est mieux de s’appeler Mark que Marc s’il veut réaliser son rêve.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles