Canoë comme page d'accueil English

Au diable l’objectivité!

- 26 juillet 2012

Les Jeux olympiques débutent enfin! Pour moi, il s’agit du seul événement sportif au cours duquel un journaliste a le droit de laisser tomber -jusqu’à un certain point- son objectivité et ainsi encourager les athlètes de son pays. Remarquez que certains collègues semblent parfois oublier la neutralité quand il est question, par exemple, des Canadiens de Montréal. Quoi qu’il en soit, pour ces Jeux olympiques de Londres, je sors personnellement mes «pom poms» et j’appuie sans gêne les sportifs d’ici.

Puisque j’affectionne particulièrement le sport amateur, j’ai la chance d’être régulièrement envoyé sur le terrain pour différentes compétitions et ainsi côtoyer tous ces athlètes, aussi volubiles qu’inspirants.

Pour Londres, je ne peux que souhaiter la meilleure des chances à l’équipe de nage synchronisée qui, contrairement à ce que certains peuvent penser, regroupe des filles qui sont parmi les plus en forme au pays. Ce sport requiert effectivement des qualités exceptionnelles et les athlètes, comme Marie-Pier Boudreau-Gagnon, Elise Marcotte et Valérie Welsh, s’entraînent particulièrement fort pour atteindre les plus hauts sommets.

Toujours à la piscine, j’avoue avoir développé une certaine proximité avec les plongeurs canadiens. Roseline Filion et Meaghan Benfeito sont adorables, tout comme leur bonne amie Jennifer Abel. Il y a naturellement Alexandre Despatie à qui on ne peut que souhaiter le plus grand bien, même s’il risque d’être difficile pour lui de grimper sur le podium au trois mètres individuel.

Parmi les autres athlètes que j’ai eu la chance de croiser lors des dernières semaines, des derniers mois, des dernières années, je note les noms d’Andréanne Morin (aviron), Alex Genest (steeple-chase), Rhian Wilkinson (soccer) de même que Sandra Sassine et Philippe Beaudry, en escrime. Je ne peux non plus oublier les joueuses de tennis Aleksandra Wozniak et Stéphanie Dubois, tout comme Annie Martin et Marie-Andrée Lessard, au volleyball de plage. À tout ce beau monde, je souhaite de vivre une expérience olympique à la hauteur des efforts déployés pour se rendre à ce rendez-vous. Je tâcherai de suivre vos exploits en applaudissant vos bons coups et, fort probablement, en pleurant vos déceptions… Hélas, ça fait partie de la beauté du sport et des Jeux olympiques!