Canoë comme page d'accueil English

Jared Goff, fils d’un ancien joueur des Expos

- 29 avril 2016

Si, comme moi, vous êtes parfois nostalgiques en pensant aux Expos de Montréal, ce texte est pour vous! Bonne lecture!

*****

Goff36Prononcé d’entrée au repêchage de la NFL jeudi soir, le nom du quart-arrière Jared Goff, des Rams de Los Angeles, a peut-être ravivé quelques souvenirs un peu flous chez certains nostalgiques des Expos de Montréal.

Il faut remonter jusqu’en 1990, à l’époque des Tim Wallach, Andres Galarraga et Spike Owen, pour retrouver le premier match de Jerry Goff, père de Jared, dans l’uniforme des Expos.

«Son fils est sûrement meilleur au football que lui l’était au baseball, a d’abord commenté le descripteur Jacques Doucet, en riant, lorsqu’invité à plonger dans sa mémoire. Mais Jerry était de commerce agréable. Il était conscient qu’il était un joueur de soutien.»

Évoluant comme receveur, Goff avait participé à 52 matchs avec les Expos en 1990, partageant principalement le travail derrière le marbre avec Mike Fitzgerald et Nelson Santovenia.

Ajoutant trois parties à sa courte présence avec les Expos en 1992, celui qui portait le numéro 19 a maintenu une moyenne au bâton de ,221 avec la formation montréalaise, limité à 27 coups sûrs en 122 apparitions officielles.

En épluchant certains sites spécialisés, on constate par ailleurs que Goff avait probablement vécu son moment le plus grisant avec les Expos, le 26 juin 1990 au Wrigley Field de Chicago, quand il avait été appelé comme frappeur suppléant en début de neuvième manche. Frappant un circuit aux dépens du releveur Les Lancaster, il avait éventuellement permis à Nos Amours d’arracher une victoire de 6-5 aux Cubs.

«Il n’aura fait que passer, a pour sa part mentionné Rodger Brulotte, à propos de Goff. Mais c’était un bon gars. Il était fin avec tout le monde, il avait de la classe. Disons simplement que c’était un bon réserviste.»

Un dernier match au Stade olympique

JerryGoff225Ayant quitté les Expos à titre de joueur autonome, Goff a poursuivi sa carrière dans le baseball majeur jusqu’en 1996, défendant par la suite partiellement les couleurs des Pirates de Pittsburgh et des Astros de Houston.

À son tout dernier match en carrière, le 12 mai 1996 avec les Astros au Stade olympique, Goff avait frappé une longue balle, en deuxième manche, contre Ugueth Urbina, qui agissait alors comme lanceur partant.

Goff aura terminé son séjour dans le baseball majeur avec sept circuits et une moyenne au bâton de ,215 en 90 parties. À son fils Jared maintenant de marquer davantage l’histoire de la NFL!

*****

Sur le cliché publié ci-contre, le receveur Jerry Goff est accompagné du lanceur Howard Farmer. Les rares partisans qui se rappellent de Goff, se souviendront également de Farmer. Ou peut-être pas…

Subban et Piatti : même combat

- 18 avril 2016

bl280Il est toujours périlleux de faire des comparaisons impliquant différents sports. Peut-être encore plus quand on parle de hockey et de soccer…

Je trouve néanmoins que Mauro Biello a bien résumé la situation concernant la vedette Ignacio Piatti, parfois blâmé pour garder le ballon un peu trop longtemps.

L’entraîneur-chef de l’Impact souligne que Piatti est aussi celui qui peut changer à lui seul le cours d’un match grâce à une action spectaculaire.

En bref, les défauts de celui qu’on surnomme «Nacho» n’arrivent pas à la cheville de ses qualités. Ça fait drôlement penser à P.K. Subban, avec le Canadien, non?

Comment passer pour un génie dans votre pool des séries éliminatoires?

- 13 avril 2016

Toewsblog250La tendance ressemble à ça :

Panthers en 6

Lightning en 6 (ou en 7)

Capitals en 5

Penguins en 7

Dans l’Ouest?

Stars en 5

Blackhawks en 7

Ducks en 5 (ou en 6)

Kings en 6

Pour ne pas avoir l’air fou dans votre pool des séries, ces prédictions sont les bonnes! Or, pour passer pour un génie, il vous faudra probablement être plus audacieux.

Il faut aller au-delà des résultats de la saison régulière et de la réputation de certains clubs.

Par exemple, les Sharks de San Jose sont reconnus pour flancher dans les séries éliminatoires. Pourtant, ils pourraient bien battre les Kings au premier tour. Il ne faut pas non plus compter les Blues pour battus face aux champions en titre de la coupe Stanley! Oui, les Blackhawks demeurent, à tort ou à raison, un choix sentimental pour bien des amateurs, mais les Blues pourraient être un choix payant.

Personnellement, je doute des Panthers. J’ai aussi une confiance exagérée envers les joueurs de soutien comme Matt Martin et Cal Clutterbuck, des Islanders de New York. Sachez que les mises en échec aident aussi à gagner des matchs, particulièrement en séries.

Bref, il y aura des surprises!

Pour la coupe Stanley, les choix populaires demeurent les Capitals, les Blackhawks et les Kings, mais attention aux Ducks! Mais pourquoi pas les Penguins ou… les Blues?

Une prédiction? Les gagnants de la série entre les Blues et les Blackhawks iront jusqu’au bout. Effectivement, je peux me tromper.

La ligne est mince entre passer pour un génie ou un sans-génie, surtout avec la parité qu’on retrouve dans la Ligue nationale de hockey.

Pour mieux connaître chacune des séries, voici un lien menant vers un dossier complet sur les différents duels du premier tour.

Carey Price: un être humain

- 6 avril 2016

Price-bl600Avec ses exploits des dernières années, il aurait été facile de croire que Carey Price provenait d’une autre planète. Mais non, il n’est pas, proprement dit, un superhéros.

Les partisans l’ont d’ailleurs constaté cette saison avec son inquiétante blessure. Entorse du ligament collatéral interne de son genou droit, a-t-on dévoilé mercredi.

Au final, ce fut bien triste pour les amateurs du Canadien, mais surtout triste pour Price. Car il y a un être humain derrière le masque…

On a parfois tendance à l’oublier!

(…)

Dans une vidéo diffusée sur le web par La fondation evenko mardi, on y voit Price de passage dans une école secondaire de Kahnawake.

«Je vous encourage tous à vous trouver une passion. Ce n’est pas obligé d’être le hockey, d’être un sport ou d’être la musique. Mais vous avez tous un talent. Un jour, vous trouverez une activité qui vous passionne et que vous voudrez faire chaque jour», a notamment lancé le gardien, en s’adressant aux jeunes qui, comme lui, sont issus d’une communauté autochtone.

Price aurait lui-même préféré faire quotidiennement ce qui le passionne au cours des derniers mois.

(…)

«Mais Price ne fait pas pitié, il gagne des millions», suggère-t-on.

Ça fait aussi partie des risques du métier quand on est un athlète.

Effectivement, mais pouvez-vous imaginer (une seule seconde) qu’un athlète professionnel désire, plus que tout, pratiquer le sport ayant toujours composé une grande partie de sa vie?

Et au-delà de l’argent, il y a aussi la santé…

Non, Price n’a pas besoin d’être pris en pitié. Mais peut-on quand même avoir un peu de compassion face à sa vilaine blessure et sa mise à l’écart?

«Ç’a été probablement l’année la plus éprouvante de ma carrière», a reconnu le gardien, mercredi.

(…)

Dans sa chronique publiée mardi dans Le Journal de Montréal, l’ancien gardien José Théodore parlait, à son tour, de la lente guérison de Price. Il se disait inquiet, comparant la situation à celle de Sheldon Souray au début des années 2000.

«Le chemin de la récupération peut être prolongé dans le cas d’un gardien élite tel que Carey, en raison du stress physique placé sur cette structure anatomique par les techniques modernes des gardiens de but», a noté le médecin en chef du Canadien, le Dr. Vincent Lacroix, mercredi.

Êtes-vous convaincus?

L’organisation du Canadien, qui a longuement entretenu le mystère, a précisé: «le personnel médical s’attend à une récupération complète lors de l’après-saison».

C’est au moins ça de gagné…

(…)

De rater les séries, c’est dommage, mais un partisan finit par s’en remettre. Du moins, j’espère. Ne reste plus qu’à souhaiter une bonne récupération à Carey… et aux amateurs. Vivement la fin de la saison du Canadien!

Maintenant, allez jouer dehors, ça vous détendra un peu, en attendant la loterie du repêchage prévue le 30 avril. Et pour ceux qui n’aiment pas aller à l’extérieur, il y a ce petit jeu.

Des heures et des heures de plaisir!

Top 25 baseball (et code promo)

- 31 mars 2016

20160331-163306-bC’est ce vendredi 1er avril que le palmarès des 25 Québécois les plus influents dans le monde du baseball est publié.

À suivre, entre autres, sur Canoe.ca!

Naturellement, c’est le type de travail qui ne fait pas toujours l’unanimité. Certaines personnalités auraient dû être mieux classées, d’autres moins?

Des choix curieux? Des oubliés? Le fait de porter son propre jugement ne fait-il pas partie du plaisir de consulter un palmarès?

Évidemment, en ce qui me concerne, je n’ai pas la prétention de pouvoir établir, en solo, un tel «top 25». Il y a également le souci professionnel à travers tout ça… C’est pourquoi une dizaine de personnes du milieu ont été consultées pour sélectionner les candidats.

Merci encore aux précieux collaborateurs qui sauront se reconnaître!

Et n’hésitez pas à revenir sur ce blogue pour partager vos propres choix et faites-le aussi via les réseaux sociaux (#top25baseballqc).

Dans un dossier différent, voici un code promo pour les participants du Pool TVA Sports: CANO-SE21-F4F8. Cela pourrait vous donner les quelques points qui feront la différence.

 

En manchette sur Canoë