Idées reçues

- 23 février 2010

Hier, je me trouvais aux Rendez-vous du cinéma québécois où Yannis Mallat, le PDG d’Ubisoft Montréal, est venu discuter au sujet de la convergence du cinéma et des jeux vidéo.

Pendant les questions avec le public, une dame d’une cinquantaine d’année, qui n’était pas venue seule, l’interpelle et lui tient un discours comme quoi les jeux vidéo sont violents et que celui-ci a une responsabilité face aux jeunes. En fait, c’est surtout son argumentation extrêmement pauvre qui m’a frappé, elle a répété en boucle la même chose tournée de manière différente pendant deux minutes.
Yannis Mallat lui a répondu qu’il y faisait attention et que les jeux en boutiques étaient vendus aux bonnes classes d’âge.

En fait, cette femme n’avait aucune connaissance de l’ESRB, sinon elle aurait su qu’Assassin’s Creed est un jeu classé Mature, que le marché des adultes est bien plus grand que celui des jeunes, que les adultes jouent énormément, que les vendeurs en boutique font souvent attention à qui ils vendent le jeu (du moins, dans les Microplay et Eb Games où je vais). Bref, elle a tenu un discours qui dans ma tête appartenait à un autre âge. En voulant se donner un rôle de bien-pensante, elle s’est surtout ridiculisée en répétant bêtement des arguments creux et vides maintes fois entendus et qui n’ont plus lieu d’être, mais en étalant surtout au grand jour une méconnaissance profonde de ce qu’elle critique.

Un peu comme quand Radio Canada avait envoyé lors de la sortie d’Army of Two un journaliste qui visiblement ne connaissait rien aux jeux, interrogeant et accusant pratiquement EA Montréal de faire l’apologie des compagnies de guerre privées, à tel point que j’avais été parcouru par un frisson de la honte pour lui (et je n’ai pas été le seul, car on a été nombreux à en rire).
Un petit conseil à ceux qui se soucient tant de la sécurité des jeunes, des responsabilités… c’est surtout certains parents qu’il faut sensibiliser à l’ESRB, ou à ne pas laisser traîner leurs jeux partout. C’est parfois arrivé qu’on se retrouve avec mes chums, avec un gamin qui débarque dans une game de Gears of War ou Call of Duty à une heure du matin alors que les parents sont couchés. En combattant et en critiquant ce qu’on ne connait pas, on s’attire juste le mépris, la moquerie voire l’indifférence du camp d’en face.

Catégories: Haute définition

Abonnez-vous à cet article

2 commentaires

  1. Dany Roy dit :

    Alleluia! Je pense que tu mets le doigt directement sur le bobo… Il existe un grave problème de société qui est loin d’être réglé : quelle est la responsabilité des différents intervenants dans l’éducation des enfants? Les médias cherchent à blâmer l’école, les jeux vidéo, les jouets, la télévision, Internet… Mais à la base, l’éducation relève des parents. Si ces derniers préfèrent se déresponsabiliser en blâmant la société pour tous les maux qui affligent leurs enfants. L’industrie des jeux vidéo s’est pris en main avec l’ESRB, il y a toujours bien des limites à prendre les parents par la main. Le contrôle parental ne peut être efficace que quand les parents sont présents. Il m’arrive régulièrement de croiser un kid de moins de 10 ans qui joue à Modern Warfare 2 jusqu’aux petites heures en pleine semaine. Mais où sont les parents? S’il fallait qu’un jour ce jeune développe de graves problèmes sociaux (ce qui n’est pas improbable dans ces cas-là), les médias auraient la gachette facile pour blâmer les jeux vidéo, belles images choquantes à l’appui. Mais quand les Kimveer Gill de ce monde dévoilent leur détresse avec éclat, il est bien plus facile de blâmer la musique qu’ils écoutent et les jeux auxquels ils jouent. C’est beaucoup trop difficile (et moins frappant visuellement) d’expliquer pourquoi une société entière de parents absents est en train de baisser les bras en ce qui a trait à l’éducation de la génération qui pousse.

  2. Eric dit :

    Bien d’accord avec toi, je ne vois pas quoi ajouter à cela… à part pourquoi côté films, musiques hardcores(etc..)… pourquoi cela serait différent?

    Et je confirme aussi qu’avec tout ceux que je joue normalement on est entre 25 et même 56 ans… wow elle est où la jeunesse la dedans?

    Hey je fais juste me promener à certaine place à MTL où même dans le Métro et ouf sont-t-il entrain de jouer à des jeux vidéo violent? NON :)

Laisser un commentaire

 caractères disponibles