Pourquoi les jeux dématérialisés sont dispendieux ?

- 31 janvier 2013

S’il y a un reproche que j’adresse aux jeux vendus en ligne, c’est bien d’être au même prix que leur équivalent en boîte, tandis que les titres vieillissants y sont souvent plus dispendieux.

En ce qui concerne un titre ancien, la baisse de prix parfois drastique est bien sûr expliquée par la nécessité d’écouler des stocks qui coûtent au distributeur. Par contre en neuf, il est étonnant qu’un jeu dématérialisé, sur lequel sont sauvés les coûts de transport et de fabrication, soit vendu au même prix que la grande distribution. Je suis donc allé demander la raison à plusieurs acteurs du jeu vidéo qui ont tenu à rester anonymes, et la même réponse a été donnée : Si nous vendons les jeux en dessous du prix en magasin, les grands acteurs de la distribution nous ont menacés de ne plus vendre nos jeux.

Dans ce bras de fer, les enseignes de la distribution gardent l’avantage pour l’instant puisqu’une part importante des ventes y est réalisée. La seule solution serait que les consoles se débarrassent définitivement du support physique. Si les prochaines consoles vont miser sur le Blu Ray, de nombreux développeurs pensent qu’elles seront les dernières à épouser ce modèle économique avant de passer à la dématérialisation totale.

Catégories: Technologie

Abonnez-vous à cet article

15 commentaires

  1. Kim dit :

    Bah, n’importe qui avec un peu de patience peut se procurer tous les jeux qu’il désire à prix réduit lors des ventes éclairs comme celles souvent trouvées sur Steam ou autres systèmes.

    Example: je me suis procuré Arkham City et Witcher 2 pour moins de 20$ sur Steam, deux jeux qui se vendent normalement entre 30$ et 50$ chacun en magasin. Je suis d’ailleurs certain à 100% que même à ce prix, les distributeurs font un profit, alors je ne pleurerais certainement pas sur leur sort.

  2. Charlot Jr. dit :

    Moi je ne suis pas tout a fait d’accord avec cet énoncé. Bien que certain titre affiche le même prix que son pareil en magasin il y a en quand même qui essai de nous faire économiser. Je n’ai qu’à penser à steam qui font des spéciaux pour 4 copies d’un jeu au prix de 3 (ex.: Borderlands 2). Je sais que nous aimerions tous voir des économies plus directs mais il reste quand même que la distribution de jeux dématerialisés est assez récentes et n’est pas encore très utilisé sur les consoles.

  3. Sébastien M dit :

    Je possède une PS3 et XBOX360 et les 2 consoles ramassent la poussière depuis que j’ai découvert Steam il y a 2 ans….

    La raison est fort simple; il y a des spéciaux incroyables à chaque semaine en plus des gros soldes annuels (été, solde des fêtes, etc). Les jeux sont souvent à 75% de rabais et viennent souvent en « bundle » (exemple la collection GTA IV au complet pour 12$ il y a 2 ans, Deus Ex Collection pour 7,50$ etc….). Je me suis procuré l’excellent Sleeping Dogs pour 9$ le week-end passé (le jeu vaut encore 40-50$ dans les grandes chaines, sorti fin été 2012…). Je n’achète plus jamais un jeu à plein prix, tout vient en solde à un moment donné; il suffit d’être patient!

    Il n’y a pas une console qui arrive avec ce genre de prix et j’attends juste que Steam lance sa fameuse Steam Box roulant sur Linux pour débarquer de la course aux consoles.

    Ah oui, et ceux qui disent que ca prend un ordi de fou pour jouer ce n’est pas le cas…j’ai juste un petit notebook avec un quadcore AMD+ carte radeon qui date de milieu 2011…tout roule bien quand j’ajuste mes graphiques au niveau médium.

  4. Realnoize dit :

    Le problème n’est pas seulement celui des jeux vidéo, mais bien de tout médium où le marché traditionnel, en magasin, fait concurrence au marché numérique. Pourquoi pensez-vous que les livres électroniques en français, au Québec, sont vendus pratiquement le même prix que les copies physique? Même symptome. Les distributeurs ne veulent pas se mettre les librairies à dos. Et les librairies, au Québec, ne veulent RIEN savoir du numérique.

    La comparaison en rapport aux jeux s’applique essentiellement aux consoles. Parce que pour le PC, comme la majorité des achats se font maintenant en ligne (via Steam, surtout), il n’existe presque plus de réseau de distribution en magasin, et quand il existe encore, il est extrêmement mince. Donc, le danger de mettre des commerçants à dos est beaucoup moindre, et c’est ce qui fait que le marché numérique des jeux PC est beaucoup plus vibrant et dynamique que celui sur console, qui est souvent, une véritable « joke », avec des « spéciaux » qui sont souvent plus chers que les prix véritables en magasin. Pas pour rien que la plupart des jeux « à la demande » sur Xbox Live sont tous PLUS CHERS qu’en magasin. C’est une façon de ne pas frustrer les distributeurs de copies physiques.

    Mais par contre, sur console, j’avoue que j’aime quand même mieux les copies physiques que les copies numériques, même moins chères. Pourquoi? Parce que la copie numérique n’offre AUCUNE garantie que je pourrai la jouer encore dans, disons, 10 ans. Parce que non seulement la plateforme dans 10 ans ne sera probablement pas rétro-comptaible, mais les restrictions associés souvent au téléchargement sur consoles sont plus restrictives que sur PC (sauf s’il y a une tonne de DRM sur le jeu PC).

    De façon générale, un jeu acheté sur Steam, sur PC, n’a pas tous ces problèmes. Je peux télécharger mes jeux autant de fois que je le veux, sur autant d’ordinateurs que je veux (sauf si DRM), jouer à ces derniers hors-ligne (Steam a un mode offline), je peux en faire des copies de sauvegarde (au lieu d’avoir à les retélécharger) et j’ai donc une garantie que mes jeux pourront donc encore être accesibles dans le futur. Et ils sont aussi moins chers.

    Si les consoles pouvaient fournir ce niveau de sécurité pour mes jeux téléchargés (et un prix concurrentiel) alors ça me dérangerait pas de passer au numérique pour des jeux sur console. Mais présentement, l’environnement numérique des consoles, pour ce qui est de la distribution de jeux, est plutôt atroce, et à des années lumières de ce que Steam peut offrir, qui est, selon moi, un modèle que les consoles devraient imiter.

  5. AryHell dit :

    Les marges de profit sur les console, pour les détaillants, sont ridicule…

    Mon magasin, d’une grande chaines, paye la console 5$ de moins que le prix de vente…

    Si le magasin ne fait plus de profit sur les jeux, ou est l’intérêt pour un magasin d’avoir un inventaire couteux et non-profitable si je ne peux profiter de la vente des jeux???

    Pensez-y!!!

  6. Guy dit :

    Encore un bon commentaire de RealNoize…

    Mais j’aime encore mieux un autre modèle… les jeux licencié et non acheté…

    Starcraft 2 est un jeux que vous pouvez télécharger intégralement en entier et gratuitement. si vous n’avez pas de license, vous avez accès à la starter edition qui comprend : les 5 première mission sur 26 de la campagne, un nombre illimité de partie custom contre l’ordinateur et le jeux en ligne custom sur 5 MAP… pour avoir l’intégral, vous payer une license pour les 21 mission de la campagne et l’accès au mode LADDER en ligne…

    Comme vous achetez une license et non un jeux, pas de casse tête à payer si vous perdez le media acheter en magasin ou si vous perdez le fichier numérique…

    Si on applique ça aux console, pourquoi ne pas payer disons 5$ pour un media physique et gratuit pour la version téléchargé. Vous avez alors le jeux en version DEMO et dès que vous acheter une license, vous avez la version complète…

  7. Daniel R. dit :

    Le problème est le consommateur…
    Peu sont les jeux que j’achète plein prix. J’achète la majorité sur Steam en super spéciale…prix imbattables et ridiculement bas durant leurs nombreuses ventes durant l’année ventes.

  8. Realnoize dit :

    @ AryHell,

    Peut-être que les marges des profits sont petites sur les consoles ou même les jeux, mais ne pas les vendre reviendrait aussi à ne pas vendre les tonnes d’accessoires additionnels qui eux, rapportent un plus gros pourcentage de profit. Les gens qui achètent des consoles achètent souvent également d’autres manettes ou des accessoires. Par exemple, les câbles HDMI dont la marge de profit est d’environ 3000%, en passant. ;) Ou des étuis-protecteurs pour les consoles portables. Le potentiel de profits en produits dérivés doit sûrement compenser un peu, non?

    Mais votre raisonnement s’apparente à dire que nous devrions garder le prix des jeux et des consoles chers parce que sinon, ce n’est plus rentable pour vous. Autrement dit, on empêche les gens d’avoir accès aux innovations technologiques (la distribution en ligne) pour de simples raisons mercantiles? Pour vos profits à vous?

    Donc, pour vous, est-ce bien que les compagnies nous vendent leurs jeux numériques plus chers pour que VOUS, vous puissiez continuer à nous vendre à profit? Pour qu’on se comprenne bien, on parle ici de réduire l’attrait du numérique pour continuer de pouvoir vendre des copies physiques, c’est ça? On parle donc essentiellement d’empêcher la technologie d’évoluer, pour que vous puissiez continuer à faire de l’argent en vendant un support obsolète, c’est ça?

    C’est le propre même de la technologie d’évoluer. C’est d’ailleurs ce pourquoi tant de gens en sont si friants. En voulant « protéger » ses profits, que ça soit une librairie qui se bat contre les livres numériques, ou des disquaires contre les MP3, ou des magasins de jeux vidéo contre la distribution numérique, c’est en fait contre la technologie que le combat se fait. Et dans ce combat, je vais être désolé de vous l’apprendre, c’est une guerre perdue d’avance. Vous ne pouvez que malheureusement que retarder l’échéance. Vous ne pourrez JAMAIS renverser la vapeur.

    Le seul espoir que vous avez, c’est de vous adapter, de tenter de trouver une façon de profiter des nouvelles technologies. Les commerces qui ne le feront pas seront condamnés. Ceux qui s’adapteront, eux, survivront. C’est aussi simple que ça.

    Ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer à pleurer sur le sort des commerces qui refusent d’embarquer dans le train des nouvelles technologies, et qui se plaignent ensuite qu’ils perdent de l’argent au profit de ces technologies qu’ils ont eux-même choisi de bouder.

    Les époques changent, la techno évolue. Certaines choses ne sont peut-être plus disponibles pour vendre au détail, mais d’autres choses, de nouvelles choses, apparaissent. Les besoins changent. Les loisirs changent. Le numérique est là pour rester. Qu’on le veuille ou non. Dépenser de l’énergie, du temps et de l’argent à tenter de le combattre, c’est des ressources qu’on pourrait à la place mettre pour d’adapter…

  9. colonel moutarde dit :

    Moi je crois que à la base c’est un choix de consomateur. Le support physique est tres intéressant pour plusieurs raisons, autant que les jeux dématérialisés. Ce n’est pas tout le monde qui joue online et plusieurs de nos jeunes se déplacent encore avec leurs titres pour aller jouer avec un ami. Steam offre un modèle d’affaire qui plait à plusieurs et d’autres veulent avoir l’édition spéciale d’un jeu avec les bébelles et le case en métal. C’est certain que tous prêchent pour leur paroisse. Pour les libraires, je crois sincèrement qu’il n’est pas nécéssaire d’avoir une bébelle qui fonctione à batterie pour profiter d’un bon livre. Ca fait partie de l’expérience. On ne peut empêcher l’évolution des médias mais on ne peut ignorer les demandes du public. La preuve, il se vend encore des vinyles pour les puristes et pourtant le CD devait tuer ce marché dans les années 80 et le numérique tuer le CD….

  10. Guy dit :

    @RealNoize… revient sur terre, le profit mercantile à toujours été la raison no#1 de faire des affaires, que ce soit un commerce de détail, une boutique en ligne ou un studio de jeux vidéo, ils font ce qu’ils font pour l’$$ avant tout…

    Et ils vont toujours protéger leur profit… quand, à prix égal, les gens achèterons plus en ligne qu’en magasin, alors là ils commencerons à éliminer les média physique et des guerres de prix commencerons.

    Mais en attendant, même si les canaux de distribution classique savent très bien qu’à terme, il perdrons cette guerre, ils vont quand même poursuivre leur modèle d’affaire le plus longtemps possible. ça s’appelle pressé le citron avant de le jeter…

    Éventuellement. probablement que les modèle de distribution physique vont disparaître presque entièrement… Mais, à mon avis, il en restera toujours… trop de gens apprécie le toucher d’un objet. J’ai encore le coffret VHS gold de StarWars et celui de l’intégrale des Colocs. Et je n’ai plus de VHS depuis des années…

    Si un coffret INTÉGRAL de tout les final fantasy devait sortir, je le voudrait en CD / DVD… un objet physique avec livret et coffret… car ce serait une pièce de collection ou un souvenir précieux pour moi…

    Il y aura toujours des magasins ou aller passer notre samedi pluvieux et il y aura toujours là des choses que l’on peut avoir en ligne… Mais le magasinage, techno ou pas, sera toujours social…

  11. Realnoize dit :

    @ Guy,

    Je comprends très bien, rassures-toi. Ce que je trouve déplacé par contre, ce n’est pas qu’une compagnie tente de faire le plus de profit possible, ça, c’est le propre même d’une compagnie. Ce que je n’aime pas, c’est quand ces-mêmes compagnies tentent de nous faire « brailler » sur leur sort parce qu’elles n’ont pas su s’adapter aux nouvelles technologies. Qu’elles veulent faire de l’argent, tout le monde comprend ça. Là où ça devient insultant, c’est quand elles essaient de nous faire croire que les développements technologiques ne sont pas bons parce qu’elles ne peuvent plus faire de profits sur notre dos.

    Et oui, je vais privilégier, moi aussi, un support physique. Mais force est d’admettre (tristement) qu’on va s’en aller de moins en moins vers ça.

    Et oui, j’ai encore mon coffret de Star Wars en VHS moi aussi, même si je n’ai plus de VHS! ;)

  12. Guy dit :

    @ Realnoize,

    APPROVED…

    Mais ne crois-tu pas aussi qu’il y a une grosse part de responsabilité des consommateur lambda… ceux qui ne fréquente pas nos coin obscur de l’internet et pour qui un message qui dit que hotmail va devenir payant est vraiment inquiétant…

    après tout, les consommateurs lambda ne connaissent pas grand chose au numérique généralement et il représente probablement plus de 80% des acheteurs de produit présentement…

    d’ici quelque années, avec le vieillissement des boomer, ça va surement changer lentement…

  13. Aryhell dit :

    @realnoise

    Je ne crois pas que nous sommes ici pour debate si les gros mechants detaillants font pitiés ou pas… Ce que je veux dire c’est que plus le prix sera bas en ligne, moins il y aura de vente en magasin plus, il sera difficile d’avoir des detaillants spécialisés rentable… Best buy ferme des magasins!!!

    Faisons des maths:

    Profit sur une console = 5$ / 300$
    Profit sur hdmi= 35$ / 40$
    Profit sur manette = 10$ / 50$
    Profit sur jeux = 10$ / 60$

    Donc sur une vente d’avoir environ 450$, le magasin fait 60$, soit environ 13% de profit…

    Si on élimine le profit du jeux, on tombe en bas de 10%…

    C est bien beau dire que ce sont des crosseurs, mais s’il ne sont pas rentable, ils ferment et ca c’est la realite.

    Vous avez surement deja remarquer que la majorite des clubs video sont fermés…
    La section dvd/bluray de la majorite des grandes surfaces ont reduit…
    La même chose est en route pour les jeux.

    Pas de profit = pas de distributeurs.
    Pas de distributeurs = pas de vente.

  14. Realnoize dit :

    @ Aryhell,

    Permettez-moi d’être en désacord avec certains de vos propos.

    « Pas de profits = pas de distributeurs. »

    Vous auriez dû spécifier, pas de distributeurs de copies physiques. Parce que des distributeurs numériques, il y en a.

    Je prend exemple sur le PC. Les distributeurs de copies physiques sont pratiquement disparus (ou n’en distribuent que très peu). Ça n’empêche pas le marché des jeux PC d’être florissant à cause des plateformes numériques comme Steam. Donc le consommateur, lui, ça ne lui cause aucun inconvénient, même que les prix sont moins chers!!!

    Et si Best Buy ferme ses magasins, ce n’est pas à cause des méchants distributeurs numériques. Penser ça, c’est ultra-réducteur. Il y a des tonnes d’autres facteurs en ligne, et le premier, c’est la tendance stupide de placer deux magasins (Best Buy et Future Shop, qui sont la même chaîne, en passant) un à côté de l’autre, multipliant ainsi le nombre d’employés et les frais d’exploitation afin de vendre les mêmes trucs au même endoit. Il y a d’autres raisons, sinon, comment expliquer que le magasin Best Buy de Lachenaie, qui a fait les meilleures ventes de la chaîne au Canada pour la période des fêtes, a fermé ses portes?

    Pour les clubs vidéo, c’était à prévoir. L’évolution des technologies rend certains types de commerces caduques et en créé de nouveaux, qu’on le veuille ou non. À ce que je sache, il n’existe plus grand commerces posant des fers à cheval aujourd’hui. Il en existait pourtant des tonnes il y a quelques décennies à peine. Scandale, blâmons l’automobile!!!! ;)

    Mais trève de plaisanteries, c’est sûr que la distribution numérique (Netflix, vidéo sur demande des câblo-distributeurs) a eu un impact sur les clubs vidéos. Mais aussi, on peut ACHETER des films à 5$ dans certains magasins. Pourquoi louer quand on peut acheter pour le même prix? Et aussi, de moins en moisn de gens regardent la télé et des films au profit de surfer sur le net et jouer à des jeux.

    La vérité, c’est que certains domaines n’ont plus d’avenir, et d’autres sont en pleine effervescence. Des entrprises spécialisées dans le web n’existaient pas il y a 30 ans. Ce sont des millions d’emplois dans le monde aujourd’hui. Est-ce que le commerce de détail en général risque de disparaître? Peut-être, ou pas.

    Si les commerces ferment parce qu’ils ne sont pas rentables, ça peut-être un signe qu’il est mal géré, ou bien qu’il n’est plus « de son temps ». Ça peut aussi être plein d’autres raisons. Mais arrêtons, seigneur, d’accuser le numérique et la technologie de « tuer » l’industrie. Elle tue certains canaux de distribution peut-être, mais l’industrie, elle, est toujours aussi florissante. Et de nouveaux types de commercent naissent, quand d’autres disparaissent.

    Le consommateur, tout comme le commercant, va où il trouve le meilleur « deal ». Le problème, c’est qu’ils sont en opposition. Souvent, le meilleur deal de l’un, est le pire pour l’autre…

  15. Idebenone dit :

    Le joueur n’est plus vraiment en situation de mourir : il est plutôt dans un perpétuel entraînement, extrêmement pédagogique, essayant, échouant, reprenant – réussissant au final. Cette modification dans la jouabilité est due, je le répète, à l’évolution des processeurs graphiques : leurs performances sont telles qu’il est désormais devenu possible, et souhaitable, de se promener dans un jeu (je pense à Myst, Zelda, GTA ou aux magnifiques ICO et Shadow of the Colossus). Ces promenades sont devenues nécessaires : tous les joueurs d’Assassin Creed, par exemple, ou de Hitman savent qu’il ne sert à rien de tirer sur tout ce qui bouge : s’ils doivent abattre un ennemi, ils doivent y aller lentement, se déguisant, fouillant, épiant. Dès lors, pourquoi dit-on que les jeux sont violents ? Il ne s’agit plus de tuer ni de détruire, mais principalement de visiter le monde virtuel dans lequel on est projeté et ne pas se faire repérer.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles