Canoë comme page d'accueil English

Roses des Sables: des vedettes dans le vent

- 10 avril 2014
filles650

Solidarité dans les dunes de Fiambala.

Des montagnes, des moteurs et des filles: du 7 au 15 avril, je suis la première édition du Trophée Roses des Andes, un rallye d’aventure exclusivement féminin, dans le nord-ouest de l’Argentine. Vous venez?

***

Il vente à écorner les bœufs, ce soir, au campement de Fiambala. Le sable s’infiltre partout, la toile de la tente où est servi le repas claque à tue-tête et, si ça continue comme ça, les participantes auront bien du mal à planter les leurs…

Heureusement, toutes les équipes sont rentrées bien avant la nuit, contrairement aux deux jours précédents, après avoir trouvé leur cap dans un large rio asséché et affronté un des terrains de jeu du rallye Dakar: de hautes dunes s’étendant sur deux kilomètres.

Certaines ont pu les franchir d’un coup, d’autres se sont ensablées une fois, deux fois, trois fois, mais toutes s’en sont tirées… certaines avec un peu de soutien technique.

«On a huit mécaniciens pour nous, donc tout va bien!», blaguaient Véronique et Lise, de l’équipe française #52, alors que la voiture d’assistance de l’organisation tirait leur véhicule complètement coincé.

«On se dit qu’avec un paysage comme ça, ça pourrait être pire pour tomber en panne.»

Collines de sable blond, montagnes rocheuses à l’horizon, petits nuages blancs sur grand tableau bleu: on peut certainement leur donner raison sur ce point.

D’ailleurs, la beauté et la grande variété des décors naturels sont sur presque sur toutes les lèvres depuis le début du rallye, malgré les difficultés rencontrées. Ça, et l’accueil chaleureux des Argentins sur notre passage.

«La seule chose que j’espère c’est de pas oublier tous les paysages qu’on voit et les villageois, me disait ce matin la Marie-Pier, pilote québécoise de l’équipe #93, en se préparant à attaquer les dunes. C’est tellement beau tout ce qu’on vit, tout ce qu’on voit.»

«Les villageois sont tellement merveilleux qu’on a même eu des cadeaux, a-t-elle ajouté. Hier, il y en a qui nous ont arrêtées et ils nous ont donné des raisins de leurs vignes. C’est une grand-mère avec sa petite fille qui nous ont tendu les raisins. On se sent comme des rois.»

Je n’ai encore reçu aucune grappe (je garde espoir!), mais je peux témoigner aussi de la chaleur de l’accueil. J’ai dû envoyer la main des dizaines de fois le long de la route en réponse aux encouragements que l’on faisait à notre voiture aux couleurs du rallye. J’ai reçu des dizaines de sourires au cours des derniers jours, eu droit au bisou spontané d’une petite fille dans la rue et à des accolades de la part de femmes  à qui je n’avais parlé que quelques minutes. Même le ministre du tourisme et de la culture de Salta m’a fait la bise après m’avoir accordé une entrevue!

Il faut dire que les «Rosas de los Andes» sont attendues partout où elles passent. Ce matin, les médias locaux étaient nombreux sur la ligne de départ et sur les crêtes des dunes, et plusieurs en parlent comme du «Dakar au féminin».

«On comprend qu’ils ont l’habitude de voir des rallyes, m’a dit Virginie, pilote française de l’équipage #47, mais pas avec des femmes, donc on se sent un peu comme des vedettes.»

«Des princesses d’Argentine, on est!»

Accueil royal, paysages majestueux… Il ne reste plus qu’à voir si les «palais» de toile des concurrentes vont tenir le coup cette nuit, car le vent ne semble pas vouloir leur faire la vie douce, lui.

En photos, un bref survol de la journée:

À consulter pour tous les détails sur la compétition, les nouvelles des équipes et le classement: trophee-roses-des-andes.com

Pour m’écrire: sarah.bergeron-ouellet@agenceqmi.ca

Pour me suivre sur Twitter: @sarahb_o

Abonnez-vous à cet article

Laisser un commentaire

 caractères disponibles