Canoë comme page d'accueil English

Le triomphe d’Eugenie

- 7 juillet 2012

Eugenie BouchardLa Québécoise Eugenie Bouchard est devenue la première Canadienne à remporter un tournoi du Grand Chelem lors de l’épreuve du simple junior de Wimbledon en mettant la main sur le titre au All England Club.

Quel exploit!

Bouchard, qui est présentement la deuxième meilleure joueuse au monde chez les 18 ans et moins, a complètement dominé son adversaire du jour, l’Ukrainienne Elina Svitolina dans un match qui s’est terminé en deux manches de 6-2, 6-2.

Dans l’histoire du pays, seulement trois joueurs avaient réussi à atteindre la finale du simple d’un tournoi majeur chez les juniors: Sonya Jeyaseelan (1994, Roland-Garros), Philip Bester (2006, Roland-Garros) et Peter Polansky (2006, Internationaux des États-Unis).

Si une carrière junior prolifique n’est pas nécessairement gage de succès chez les grands, Bouchard à tous les éléments pour réussir sa transition. Et disons qu’elle est bien entourée également, travaillant avec la Française Nathalie Tauziat, ancienne gloire du tennis féminin.

C’est cette même Tauziat qui m’affirmait, lors d’un entretien que j’ai eu avec elle il y a quelques semaines lorsqu’elle était de passage à Montréal, qu’Eugenie a tout pour devenir une joueuse complète. Et franchement, je suis du son avis. Mais la transition doit se faire en douceur. Certes, tous les éléments sont là.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Abonnez-vous à cet article

11 commentaires

  1. roger h | 7 juillet 2012 à 13 h 52 min

    Félicitations à Eugénie.

    Depuis que Tennis Canada est allé chercher les entraîneurs d’élite de France (Louis Borfigas, entre autres) et a créé son centre d’entraînement d’élite à Montréal, les juniors en ont véritablement profité.

    Une des preuves est justement la finale du double de Wimbledon où d’un côté du filet il y aura Eugénie Bouchard et de l’autre Françoise Abanda (seulement 15 ans), deux Montréalaises.

    Comme vous l’écrivez, un championnat junior n’est pas garant d’une carrière professionnelle réussie, néanmoins il est raisonnable de penser qu’elle pourrait atteindre le 50e rang chez les femmes d’ici 2 ans. Le tennis féminin est loin d’avoir la profondeur et la solidité du tennis masculin.

    La jeune Françoise Abanda est vraiment à surveiller, si elle n’est pas blessée, et si elle cotinue à être bien entourée, elle pourrait avoir une très belle carrière.

  2. Étienne | 7 juillet 2012 à 14 h 31 min

    Monsieur Parent, est-ce Eugenie ou Eugénie ? Daniel Brière ou Danny Brière ? Cette façon d’angliciser les prénoms, vraiment une attitude de colonisés…

  3. Alexandre Parent | 7 juillet 2012 à 15 h 02 min

    @Étienne : Son nom s’écrit Eugenie, sans accent.

  4. Michel Pilon | 7 juillet 2012 à 16 h 10 min

    Ça fait plaisir de voir une compatriote monter sur la plus haute marche. Il ne lui reste qu’à éviter les blessures et qui sait un jour la verra -t-on remplacer Wozniack… Bravo

  5. Étienne | 7 juillet 2012 à 16 h 26 min

    Merci à vous.

  6. cnimportequoi | 7 juillet 2012 à 16 h 39 min

    Concernant l’histoire de « colonisés »… Eugenie Bouchard est tout ce qu’il y a de plus anglo-saxonne. Elle aurait d’ailleurs déclarer qu’elle préfère être appelée « Genie » et non « Eugénie ».

    Ce étant dit, ça ne lui enlève absolument rien. Je voulais juste rétablir un fait.

    Félicitations à elle. J’ai hâte de la voir chez les pros.

  7. roger h | 7 juillet 2012 à 19 h 57 min

    petite erreur, Francoise Abanda faisait la demi-finale du double, ou elle a perdu.

  8. Bernhard | 8 juillet 2012 à 9 h 21 min

    Pourquoi vous nous répéter la même chose que les autres. Pourriez-vous faire autre chose que nous rapporter la nouvelle … genre nous raconter comment elle s’est rendu là !

  9. Alexandre Parent | 8 juillet 2012 à 9 h 39 min

    @Bernhard: je prends bonne note de votre suggestion.

  10. G_Y_I_G_Y_I | 9 juillet 2012 à 9 h 23 min

    J’ai bien hate de voir cette releve en action, ca ete un super weekend pour les canadiens au niveau junior dans ce tournoi.

  11. Michel Notredame | 16 juillet 2012 à 21 h 56 min

    Bravo Eugénie,

    Et « Vive le Québec libre » !!!!

Laisser un commentaire

 caractères disponibles