Canoë comme page d'accueil English

Le hockey nord-américain en difficulté

- 18 mai 2012

Hier, j’ai commencé ma journée en râlant… et je n’ai pas arrêté. Pourquoi? Parce qu’encore une fois, pour une troisième année consécutive en fait, le Canada s’est fait éliminé lors des quarts de finale du Championnat du monde de hockey.

Corey Perry4-3 contre Slovaquie… sans Hossa, sans Gaborik, sans Halak! Bien sûr, les Crosby, Iginla et compagnie n’y étaient pas pour le Canada, mais tout de même!

Cette incapacité de l’Unifolié d’obtenir de bons résultats récemment sur la scène internationale (lire ici: sur une patinoire aux dimensions olympiques) me laisse pantois. Enfin, j’en viens à m’interroger sur l’efficacité du hockey nord-américain. C’est-à-dire, un style physique, nord-sud, appuyer par un échec-avant soutenu et une bonne dose de «dump ‘n chase».

Sur une grande patinoire, ça ne semble tout simplement pas fonctionner. La dernière victoire internationale du pays remonte à 2007, lors du Championnat du monde. Bien sûr, le triomphe canadien aux derniers Jeux olympiques d’hiver de Vancouver a été encensé, avec raison, mais le tournoi était disputé sur une patinoire de type LNH (4 mètres moins large). Bien que la formation canadienne eut gagné à Salt Lake City, il ne faut pas oublier les fiascos de Turin et Nagano.

Et pour les États-Unis, ce n’est guère mieux. Leur dernière médaille (bronze) au Mondial remonte à 2004.

Bref, j’en viens à me questionner: est-ce plus une question de joueurs (plusieurs étant blessés à la suite d’une saison exigeante dans LNH, tout comme les meilleurs éléments des autres pays) ou une question de système de jeu, de philosophie? La question est légitime à mon sens.

Hockey Canada devrait peut-être réfléchir un peu là-dessus.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

La coupe oubliée

- 29 décembre 2011

D’un point de vue hockey, le temps des fêtes est associé au Championnat du monde de hockey junior ou au voyage en Floride du Tricolore. Pourtant, c’est entre Noël et le Jour de l’An que se dispute la plus ancienne compétition de hockey sur glace au monde, la Coupe Spengler.

Rico Fata - Coupe Spengler 2011

Rico Fata, ça vous rappelle des souvenirs?

Bien sûr, j’entends déjà vos rugissements de colère sur le calibre de cette compétition. Et vous avez bien raison, le niveau de jeu est bien loin de la LNH, de la LAH et probablement même du Championnat mondial de hockey junior. Le formation du Canada, qui y participe chaque année depuis 1984, est composée de son équipe J (composée majoritairement de joueur canadien évoluant en Suisse).

Mais la Coupe Spengler, je l’aime bien! En fait, j’aimerais bien y assister; l’ambiance festive de «foot-hockey» semble y être tout simplement survoltée. De plus, je dois l’avouer, j’ai un petit faible pour le hockey international, qui, avec sa patinoire de dimensions plus grandes qu’en Amérique du Nord et son jeu plus ouvert me réconcilie avec ce sport devenu, à mon avis, beaucoup trop axé sur la dimension physique.

Comble du bonheur, cette compétition permet, entre autres, de suivre les exploits des anciens Canadiens, tels Glen Metropolit et Janne Niinimaa… si ceci n’est pas un beau cadeau de Noël, je ne sais pas ce qui pourrait vous faire plaisir.

Trêve de plaisanteries, disons que cette Coupe Spengler est l’occasion de découvrir un autre type de hockey et ça, ce n’est jamais une mauvaise chose.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.