Canoë comme page d'accueil English

Lock-out: enfin, c’est terminé!

- 6 janvier 2013

Gary BettmanPlace au hockey!

Au début de ce 113e jour du lock-out dans la LNH, les propriétaires et l’Association des joueurs en sont venus à une entente de principe pour une nouvelle convention collective.

Bien qu’il reste du travail à faire pour que cette dernière soit effective, le cadre a été approuvé par les deux parties. En rafale, le pacte serait d’une durée de 8 ans (option pour 10), la durée des contrats des joueurs seraient limités à 7 ans (8 pour les joueurs qui s’entendent à nouveau avec leur équipe), le plafond salarial pour la deuxième saison du contrat de travail (2013-2014) serait de 64,3 millions $ et la saison 2012-2013 comporterait 48 ou 50 matchs. Cette dernière commencerait le 19 janvier. Bon, voilà pour les infos.

Maintenant, ce qui m’intéresse, ce sera la réaction des partisans, à Montréal comme ailleurs. Applaudira-t-on les joueurs lorsqu’ils sauteront sur la patinoire pour le premier match préparatoire? Se massera-t-on dans les amphithéâtre pour retrouver le sport que l’on aime tant? Les partisans paieront-ils autant pour assister aux rencontres de la LNH? Je dis oui à ces deux premières questions et non à la troisième, bien malheureusement. Et pourtant, les joueurs et les proprios (re)garniront leurs coffres au cours de cette entente.

Et quel sera l’impact de cette nouvelle convention collective sur les petits marchés de la LNH? Serait-ce la disparition de certaines organisations et la venue de nouvelles équipes dans des marchés plus rentables? Je ne suis vraiment pas si confiant de voir les Coyotes ou les Panthers déménager, mais vois d’un bon oeil la venue de Seattle ou Québec, par exemple, dans le circuit Bettman. Donc, une (des) expansion(s)? Malheureusement, oui, je le crois! Ce serait la façon Bettman de faire!

Toutefois, ce qui est sûr, c’est que ce lock-out laissera un goût amer dans la bouche des deux parties et des fans. À Montréal, Vancouver ou Toronto, on oubliera. Mais à Columbus, Sunrise et Phoenix, on a déjà oublié les règlements du jeu…

Donc, on se revoit dans huit (dix) ans? Entre temps, au jeu!!!!

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

 

Un bien triste conflit

- 17 décembre 2012

Gary BettmanPeu importe ce qu’il en adviendra de ce lock-out dans la LNH, il faut maintenant avouer que c’en est simplement rendu triste.

Mêler la justice à ce type de conflit, le tout est rendu pathétique. Enfin, plus que ce ne l’était déjà.

Les joueurs veulent dissoudre leur association, la Ligue répond avec une requête en Cour pour se plaindre que l’AJLNH ne veut pas négocier de bonne foi et menace d’annuler tous les contrats.

Deux réactions. Primo, personnellement je pense que les juges ont d’autres chats à fouetter qu’une gang de gars qui veulent jouer au hockey. Deuxio, qui ne veut pas négocier dans ce conflit!??!

Si c’est le plein droit des propriétaires de tenter d’améliorer la santé financière de leur ligue, c’est également leur obligation de respecter les contrats qu’ils ont accordés. Rappelons-nous qu’ils les ont négociés en toute connaissance de cause, non?

On dirait bien que la notion de match nul a été abolie dans ce conflit de travail. Et avec toutes les tactiques de relations publiques utilisées lors de ce lock-out, j’en viens à me demander et presque à penser que le hockey est bien secondaire. De plus, je ne comprends pas le dernier refus des joueurs. Ils n’obtiendront rien de plus, c’est terminé.

Pendant ce temps, je vais me régaler du Championnat mondial de hockey junior et de la Coupe Spengler au cours des prochaines semaines… en attendant le début de la saison de tennis.

Donald Fehr tente-t-il d’avoir le dernier mot? Je ne sais plus. Ce que je sais, c’est que ce conflit est tout simplement rendu bien triste pour les amateurs.

Et vous savez ce qui est encore plus triste? Cette horrible tuerie à Newtown qui a coûté la vie à une vingtaine de jeunes petits enfants. En tant que père, les mots me manquent! Mais ce qui est sûr, c’est que là, le hockey devient bien secondaire.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Les «Dindons» de l’année

- 22 novembre 2012

Gary BettmanAujourd’hui, c’est jour de célébrations aux États-Unis, en raison de la traditionnelle fête de «Thanksgiving». En cette journée où la dinde est à l’honneur, «Sports Illustrated» a sorti son traditionnel palmarès des «Dindons» de l’année.

En première position, les arbitres de remplacement dans la NFL. Un peu injuste à mon avis, eux, qui avaient l’habitude d’être d’office dans des rencontres de football collégial de troisième division, notamment. Je ne dis pas qu’ils ont fait du bon travail (rappelez-vous Seahawks c. Packers), je dis simplement qu’ils ne méritaient pas le titre de «Dindons de l’année».

En deuxième position, les Saints de La Nouvelle-Orléans, en raison du «Bountygate», un système qui récompensait monétairement les joueurs qui blessaient l’adversaire. Totalement mérité.

En troisième position, Lance Armstrong, en raison de son implication dans le «réseau de dopage le plus sophistiqué de l’histoire du sport». Totalement mérité.

En quatrième position, Gary Bettman. Aie-je besoin d’en ajouter plus. Totalement mérité.

Et en cinquième position, Bobby Valentine, en raison des déboires des Red Sox de Boston. Un peu poussé, selon moi.

Dans ce top 5, j’y aurais peut-être inséré les Marlins de Miami pour l’ensemble de leur oeuvre (Ozzie Guillen, nouveau stade, vente de feu, etc…). Initialement, je voulais également y mettre le nom de Floyd Mayweather Jr. pour ses frasques hors ring, son obstiné refus d’affronter Manny Pacquiao (quoique c’est son droit le plus fondamental) et son horrible victoire par K.-O. contre Victor Ortiz. Mais je me suis rendu compte que ce combat a eu lieu en 2011, septembre de surcroît. Le temps passe si vite.

Et vous, quel est votre dindon?

Vous pouvez me suivre sur Twitter.