Canoë comme page d'accueil English

La cruauté de l’Euro

- 19 juin 2012

Euro RussieDe toutes les compétitions d’envergure internationale, l’Euro en est une bien cruelle.

Parlez-en aux Russes, notamment, qui ont été exclus des quarts de finale, et ce, à mon avis, en étant la plus impressionnante des quatre équipes du groupe A.

Il n’a suffi que d’une erreur d’un défenseur russe sur une rentrée de touche grecque lors du troisième match des deux formations. C’est Giorgos Karagounis, l’éternel attaquant hellène, qui a profité de cette bourde en marquant dans les arrêts de jeu de la première demie.

C’en était fait des Russes.

Et parlez-en à l’un des pays hôtes, l’Ukraine, qui s’est vu refuser un but qui aura dû être le leur. Marko Devic avait déjoué le gardien anglais, Joe Hart, lors de la troisième rencontre du groupe D des deux nations, mais le défenseur John Terry est intervenu in extremis pour empêche l’Ukraine de revenir au pointage. C’était alors 1-0 pour l’Angleterre. En raison de la défaite française sur la Suède (2-0), les co-hôtes auraient pu passer en quarts de finale avec une victoire sur les Anglais.

Un cinquième officiel était spécialement en place pour surveiller le tout. Il a rendu sa décision au grand dam des partisans bleus et jaunes. Malheureusement pour eux (et pour lui?), la reprise vidéo a confirmé que le ballon avait tout juste franchi la ligne des buts. Plutôt difficile à voir à l’oeil nu si vous voulez mon avis.

Quoi qu’il en soit, le débat sur la reprise vidéo au soccer reprendra de plus belle.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.