Canoë comme page d'accueil English

Son contrat l’écoeure

- 4 avril 2013

Roberto Luongo«My contract sucks».

Traduisez ces trois mots comme vous le voulez, mais cette déclaration de Roberto Luongo est incroyable!!!

On pourrait compter sur les doigts d’une main les athlètes qui ne seraient pas heureux de faire 40,57 millions $ au cours des neuf prochaines années. Si l’on n’inclut pas dans l’équation la saison actuelle, voici le montant que les Canucks de Vancouver verseront au gardien de but québécois.

Mais comme toute déclaration, il y a (au moins) deux façons de l’analyser.

L’amateur de hockey et payeur de comptes que je suis voit, bien sûr, le tout d’un bien mauvais oeil. Toutefois, le sportif et orgueilleux compétiteur en moi comprend les mots employés par Luongo.

«Je déchirerais le contrat si je le pouvais», a renchéri Luongo.

Ne parlons plus d’argent, c’est fait (voir plus haut) et je ne veux plus y revenir. Le Québécois est un athlète fier qui désire faire ce qu’il aime, probablement, le plus au monde, c’est-à-dire jouer au hockey au plus haut niveau. En cette saison où Cory Schneider a été désigné l’homme de confiance des Canucks devant le filet, Luongo a pris part à 16 parties, dont 14 à titre de partant, pour une fiche de 7-4-3, une moyenne de buts alloués de 2,44, un taux d’efficacité de ,904 et deux blanchissages. En revanche, son coéquipier Schneider a sauté sur la glace pour 22 parties, toutes comme partant, maintenant un dossier de 12-7-3, une moyenne de buts alloués de 2,27, un taux d’efficacité de ,922 et trois jeux blancs.

Donc, ce n’est pas les statistiques qui empêchent Luongo de retrouver ses lettres de noblesse. Est-ce l’argent? Plus ou moins. Un gardien de but numéro un qui impose une charge de 5,3 millions $ sur le plafond salarial, ce n’est pas anormal. Reste donc la durée du contrat. Et c’est là que le bât blesse.

En ce moment, Luongo est sous contrat jusqu’à la fin de la saison 2021-2022. Il aura alors 43 ans. Besoin d’en dire plus?

Pourtant, Luongo ne veut plus de son contrat. L’organisation, de toute évidence, non plus. Et l’agent, dans tout ça? Il n’est probablement pas enchanté. Reste que les trois peuvent se parler, en arriver à un accord et redonner la fierté au bon Roberto. Et je suis convaincu que Gilles Lupien, son agent, a tenté d’en arriver à une entente. Mike Gillis, le dg des Canucks, s’est littéralement gouré dans ce dossier, lui qui a eu plusieurs opportunités d’échanger le gardien québécois, notamment aux Maple Leafs de Toronto.

C’est d’ailleurs son 34e anniversaire de naissance aujourd’hui. Bonne fête et bonne chance Roberto!

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Abonnez-vous à cet article

8 commentaires

  1. martin | 4 avril 2013 à 10 h 32 min

    la misère des riches oufff

  2. Maxime | 4 avril 2013 à 11 h 27 min

    Martin,

    Tu as beau faire des millions, mais ça ne règle aucun problème lorsque tu sais que ton employeur affiche publiquement qu’il ne veut plus rien savoir de toi…

    Oufff ceux qui croient que l,argent règle tous les maux…

  3. Yves N. | 4 avril 2013 à 14 h 37 min

    Bin oui il veut changer d’équipe mais avec un contrat pareil qui va vouloir de lui,c’est ce qu’il a voulu dire,acceptera t’il une diminution de salaire avec une autre équipe où il pourra être no.1 ?

  4. Marc | 4 avril 2013 à 20 h 49 min

    A ce salaire, je m’aurais fermer la trappe……….Jouerais-tu à 1 ou 2 M par année comme numéro un à Phoenix ? Probablement que non parce que tu veux le pain et le beurre sur le pain. Même si j’adore le hockey, il y a autre chose que cette misère d’un richissime enfant gâté du hockey. Comme employeur, je te foutrais à la porte sans compensation si je le pouvais. Ne mange jamais la main qui te nourrit !

  5. JeanL | 4 avril 2013 à 21 h 30 min

    S’il vous plaît Alexandre, n’écrit plus de texte d’une telle tristesse nous sommes tous troublés devant une tragédie comme celle-là.

  6. Pierre Duval | 5 avril 2013 à 9 h 23 min

    Ben voyons,
    ……………………….personne lui a tordu un bras lorsqu’il a signer ce contrat!!

    Le problème c’est qu’il n’a jamais été un gardien à la hauteur de son contrat!..c’est un bon gardien mais des bons gardiens il y en a en masse dans la ligne nationnale…
    Il est loin d’être un Patrick Roy ou d’un Martin Brodeur..

    C’est mon opinion……

    Pierre Duval
    Drummondville

  7. Bouthillette René | 7 avril 2013 à 17 h 36 min

    Si vous le voulez bien , on recule un peu … assez loin dans le temps et les propos de Roberto Luongo n’ont alors rien de surprenants !

    Qu’enseigne t-on au niveau des diverses associations du hockey mineur ?

    Quelle est la qualité de la formation des intervenants , qu’ils s’agissent des entraîneurs jusqu’aux individus aux titres pompeux de Directeurs ou pire … Président avec un P majuscule ?

    Quelles valeurs y véhicule-t-on , surtout quand , pour le profit de la bonne marche du tournoi , de concert avec des parents plus ou moins responsables , les enfants manquent des jours de classe ( Vendredi ou Lundi habituellement ) ou entrtent à la maison , milieu de semaien , vers les 23H00 ?

    D’aileurs , demandez-le à un professeur , il / elle vous identifiera facilement les  » ti-joueurs-étoiles  » de la classe car ils baîllent aux corneilles le matin , distrait et écrasé sur le pupitre .

    Mais le hockey , c’est une religion et pour Luongo et les autres , Le fruit ne tombe jamais bien loin de l’arbre …

    Réjean Tremblay a déjà déclaré du temps qu’il travaillait à la Presse qu’il serait souhaitable de remettre le hockey mineur à l’intérieur des murs d’école plutôt que de le confier à des associations de bénévoles … Comme il avait / a raison !

  8. Pierre Duval | 8 mai 2013 à 16 h 59 min

    Allo..!!

    Il n’y a rien et aucunes lois qui peut l’empêcher de..  » déchirer  » ..son contrat..à ce que je sache…….?????

    Note: il ne le fera pas…ce n’est que des paroles en l’air tout simplement d’un bon gardien mais pas plus…..

    C’est mon opinion..

    Pierre Duval
    Drummondville

Laisser un commentaire

 caractères disponibles