Canoë comme page d'accueil English

Le dos qui fait trembler une nation

- 17 novembre 2014

Le Suisse Roger Federer a failli à disputer un match de tennis auquel il était convié pour la troisième de sa carrière sur le circuit de l’ATP lorsqu’il n’a pas pris part à la finale du Championnat de fin de saison, au profit du Serbe Novak Djokovic.

Pour la petite histoire, Federer a déclaré forfait face à l’Américain James Blake au tournoi catégorie Masters de Paris en 2008 et à Doha en début d’année 2012 face au Français Jo-Wilfried Tsonga.

Federer a pris part à plus de 1200 matchs sur le circuit de l’ATP.

AFP_Par7973046Le maestro helvétique a été touché au dos (encore et toujours) lors du bris d’égalité de la troisième manche de son match de demi-finale face à son compatriote Stan Wawrinka. Lorsqu’il a senti que quelque chose ne tournait pas rond, Federer a probablement immédiatement pensé à la Coupe Davis, l’un des seuls titres d’importance qui lui a échappé au cours de sa carrière.

Bien sûr, devoir se retirer de la finale du «cinquième Grand Chelem» ne lui a certainement pas plus. Surtout après le match remporté à l’arraché face à Wawrinka (8-6 au bris d’égalité à la troisième manche). Surtout après sa belle année 2014.

Mais ultimement, Federer aimerait probablement remporté ce qui lui a échappé par le passé: une médaille d’or olympique en simple (rendez-vous en 2016 à Rio) et la Coupe Davis.

À partir de vendredi, la France croisera le fer avec la Suisse pour l’obtention du Saladier d’argent, à Lille. Federer et Wawrinka, dont la relation semble s’être envenimée à Londres, doivent représenter leur pays. Federer est une variable sine qua non du succès des Suisses. Tout comme Wawrinka. Le neutre pays ne peut se targuer d’avoir la profondeur de la France ou de l’Espagne.

Les yeux du peuple Suisse sont donc rivés sur Lille, dans le nord de la France, alors que chaque faits et gestes de Federer, champion 17 fois en tournois du Grand Chelem, sera scruté.

Et si jamais la Suisse parvient à l’emporter, le titre du joueur le plus utile à son équipe ne sera pas Federer ni Wawrinka, mais probablement le physiothérapeute de l’équipe. Certes, il aura droit à joli boni de fin d’année s’il parvient à remettre Federer sur ses jambes.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Un autre petit tour au sommet pour Federer?

- 28 octobre 2014

Le Suisse Roger Federer a connu une année 2014 exceptionnelle, et ce, malgré le fait qu’il n’a pas remporté de tournoi du Grand Chelem.

Celui qui a passé plus de 300 semaines au sommet du classement de l’ATP revient de loin, lui qui a eu tellement de difficultés en 2013 à obtenir de bons résultats. Quoi qu’il en soit, le «maestro» pourrait même revenir au premier rang mondial d’ici la fin de la saison et ajouter quelques semaines à son record de 302.

RE_2014_10_25T171522Z_1598447000_LR1EAAP1BXCY4_RTRMADP_3_TENNISIl lui faudra toutefois un parcours parfait.

Novak Djokovic, nouveau papa d’un petit Stefan, est celui qui est installé au premier rang, avec 11 510 points. Toutefois, il en perdra 2500 puisqu’il avait triomphé au tournoi de catégorie Masters de Paris et au Championnat de fin de saison en 2013.

De son côté, Federer reculera de 760 points pour ses performances à Paris et Londres l’an dernier.

Avec une avance actuelle de 2230 points sur son rival helvétique, Djokovic voit donc l’écart être réduit à 490 points.

L’écart n’est finalement pas si énorme.

Si jamais Federer l’emporte à Paris, il sera assuré de gruger 400 points au Serbe. Le Championnat de fin de saison sera alors rehaussé d’un objectif bien réel pour le Suisse alors qu’il n’aura, pratiquement, qu’à mieux faire que Djokovic.

Mais le natif de Bâle pourrait également détenir un «joker» dans son jeu. La Coupe Davis. La Suisse affrontera la France en finale et Federer est pressenti pour jouer deux matchs de simple, qui peuvent lui rapporter jusqu’à 150 points.

La pente est raide pour Federer, mais elle n’est pas impossible. En gros, Federer doit mieux faire que Djokovic, ce qui n’est pas nécessairement évident. Une victoire à Paris augmenterait considérablement ses chances de revenir au sommet. Mais il devra vaincre Djokovic ainsi qu’Andy Murray, Milos Raonic et David Ferrer qui désirent tous se qualifier pour le Championnat de fin de saison.

Il devra être impérial et espérer que Djokovic perdre l’équilibre un tant soit peu.

Avec tout cela, il pourra continuer son incroyable séquence de semaines passées en tant que numéro un mondial.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Coupe Davis 2014: Le Japon à la portée du Canada

- 18 septembre 2013

La formation canadienne de la Coupe Davis a étonné tout le monde, sauf elle-même, en atteignant les demi-finales de la prestigieuse compétition par équipe, en 2013.

Elle vient tout juste de s’incliner face à la Serbie, 3-2, à Belgrade.

À peine remis de ses émotions, le capitaine de l’équipe Martin Laurendeau a appris, mercredi, que ses protégés affronteront le Japon au Pays du soleil levant du 31 janvier au 2 février 2014 lors du premier tour du Groupe mondial.

À la suite de sa formidable épopée cette année, le Canada a été désigné comme 7e tête de série de la compétition, ce qui lui assurait de ne pas se frotter aux puissances mondiales dès le tour initial (République tchèque, Serbie, Espagne, France, États-Unis, Italie et… Kazakhstan).

AFP

AFP

À mon avis, le Japon représente un adversaire de milieu de peloton dans les huit autres nations membres du Groupe mondial (en compagnie de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Australie, de la Suisse, de l’Argentine, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne).

À la place de Laurendeau, je n’aurais, en aucun cas voulu affronter la Suisse ou la Grande-Bretagne, surtout si les Roger Federer et Stanislas Wawrinka (Suisse) ainsi qu’Andy Murray (Grande-Bretagne) revêtissent l’uniforme patriotique. Ces joueurs peuvent remporter une rencontre à eux seuls… si seulement ils y participent.

La Belgique et les Pays-Bas, à mon avis, représentent les adversaires les plus prenables de ce premier tour. Ils affronteront respectivement le Kazakhstan et la République tchèque.

Reste donc le Japon, l’Allemagne, l’Australie et l’Argentine.

Une Argentine en santé est extrêmement redoutable avec Juan Martin del Potro et Juan Monaco en simple. Elle possède également plusieurs bons joueurs de double, dont Horacio Zeballos.

L’Allemagne sera également difficile à négocier avec les Tommy Haas et Phillip Kohlschreiber, notamment. En cas d’affrontement avec le Canada, le lieu de la rencontre aurait été tiré au hasard et si l’Allemagne l’avait emporté, elle aurait choisi à 2000 % la terre battue.

L’Australie demeure toujours un point d’interrogation. Toutefois, avec le très patriotique Lleyton Hewitt, la tâche aurait pu être compliquée, surtout si Bernard Tomic se décide à jouer du grand tennis.

Coupe Davis

Coupe Davis

Finalement le Japon!

Kei Nishikori (12e raquette mondiale) fera assurément partie de la délégation nipponne. Le seul membre du Japon dans le top 100 mondial est redoutable lorsqu’il est dans de bonnes dispositions. Et devant son public, il le sera, je vous en passe un papier.

Nishikori et Milos Raonic, l’homme fort canadien, se sont affrontés à une reprise… à Tokyo, l’an passé en finale du tournoi de catégorie 500 de l’ATP. Le Japonais l’avait emporté en trois manches.

Go Soeda devrait être le deuxième joueur de simple. Il est bien à la portée de Pospisil et Raonic.

Donc avantage Canada pour les simples.

Pour le double également, en prenant pour acquis le retour de Daniel Nestor. Pospisil et la légende canadienne du double sont redoutables ensemble!

Pour ce qui est de la surface, les Japonais choisiront une surface rapide, puisque leur fer de lance, Nishikori, n’est pas à l’aise sur terre battue. Les sept derniers duels du Japon en Coupe Davis se sont déroulés en leur sol. Et les sept fois, la surface rapide (Decoturf ou acrylic) était à l’honneur.

Pour ce qui est du voyagement, en fait, ce ne pouvait presque pas être mieux puisque tous les joueurs canadiens prendront (à moins d’une catastrophe) part aux Internationaux d’Australie quelques jours avant. Donc Melbourne-Tokyo, Melbourne-Vancouver, Melbourne-Montréal ou Melbourne-Toronto… lequel est le mieux?

Je pense que le Canada sortira vainqueur de cet affrontement. Mais il ne faut pas se le cacher, ce ne sera pas facile.

Ce n’est jamais facile à l’étranger en Coupe Davis. Jamais!

En terminant, une petite note. Il s’agira de la première fois que le Big Four (Novak Djokovic, Rafael Nadal, Roger Federer et Andy Murray) participera au premier tour du Groupe mondial de la Coupe Davis. La Serbie de Djokovic affrontera la Suisse de Federer. Toutefois, il serait surprenant que le maestro helvétique prenne part au duel. Mais, il en aura la possibilité. La Grande-Bretagne de Murray se frottera aux États-Unis et l’Espagne de Nadal, face à l’Allemagne.

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Le double canadien s’est levé

- 6 avril 2013

Vasek PospisilSi vous avez préféré regarder, en ce samedi soir, le match entre le Canadien et les Bruins, je vous plains.

Si tel est le cas, vous avez probablement manqué ce match d’anthologie entre Daniel Nestor / Vasek Pospisil (CAN) et Fabio Fognini / Daniele Bracciali (ITA) lors de ce duel de quarts de finale de la Coupe Davis. Un match qui s’est terminé 6-3, 6-4, 3-6, 3-6 et 15-13 pour les Canadiens. Un match qui a duré plus de quatre heures.

Après s’être réparti les deux premiers simples la veille, les deux équipes savaient que la rencontre de double revêtait une importance accrue, cruciale. Avec Milos Raonic qui ouvrira la troisième journée du duel, face à Andreas Seppi, une victoire canadienne ne pouvait absolument pas mieux tomber.

Et c’est ce que Pospisil et Nestor ont réussi à accomplir.

Et au-delà des pointages, du Groupe mondial, de la Coupe Davis, ce triomphe sera exubérant pour les deux représentants unifoliés.

Daniel NestorÀ tout seigneur tout honneur, pour Nestor, cela constituera le point d’exclamation de sa glorieuse carrière. Après avoir porté sur ses épaules cette formation masculine de la Coupe Davis, il n’avait pu contribuer, statistiquement parlant, contre la France (février 2012, Groupe mondial), l’Afrique du Sud (septembre 2012, rencontre de barrage) et l’Espagne (février 2013, Groupe mondial). Il n’avait pu donner ce petit dernier coup de pouce à cette jeunesse si prometteuse. Et bien là, mon cher Daniel, tu peux dire mission accomplie. À 40 ans bien sonnés, l’heure de la retraite n’est plus très loin pour le vétéran. Mais je crois que s’il n’avait pu aider ses compatriotes comme il l’a fait aujourd’hui, il aurait eu quelques regrets. Va en paix, cher Daniel.

Et que dire de Vasek Pospisil. Le jeune de 22 ans avait subi une défaite crève-coeur la veille, en cinq manches, face à Seppi. Il était également toujours en quête d’un premier gain dans le Groupe mondial. Mais Pospisil a porté la paire sur ses épaules pendant une bonne partie de la rencontre de double. Pospisil a cru à cette équipe, n’a jamais lâché, n’a jamais abandonné. Il a montré qu’il avait des nerfs d’acier et cette expérience lui servira toute sa carrière.

Mais cette victoire, elle a été acquise à deux. Chapeau!

Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Coupe Davis: vers une surprise canadienne?

- 1 février 2013
Frank Dancevic

Frank Dancevic

La rencontre de premier tour du Groupe mondial de la Coupe Davis entre le Canada et l’Espagne est sur le point de s’amorcer.

La nation hispanique, cinq fois championne (dont trois lors des cinq dernières années), devrait être largement favorite pour l’emporter. Toutefois, sans Rafael Nadal, David Ferrer, Nicolas Almagro, Fernando Verdasco, la montagne espagnole semble un peu moins compliquée à escalader.

Toutefois, pour y arriver, Milos Raonic doit absolument remporter ses deux matchs de simple. Le double composé de Daniel Nestor et Vasek Pospisil pourrait causer une surprise, mais j’en doute. Marcel Granollers et Marc Lopez forment l’une des meilleures paires de double. Ils sont extrêmement dangereux!

Frank Dancevic aura donc un rôle crucial à jouer! Avec l’ajout de Jesse Levine, le retour en santé de Pospisil et le jeune Filip Peliwo qui pousse, ce pourrait bien être sa dernière chance. Et personnellement, je crois qu’il pourrait remporter un match, aussi tôt qu’aujourd’hui face à Marcel Granollers (34e au monde). Il est concentré, dans sa bulle et, pour l’avoir observé lors des deux derniers jours ici Vancouver, frappe extrêmement bien la balle.

Ne sait-on jamais! Le Canada pourrait s’adjuger la première victoire de son histoire dans le Groupe mondial. Ce serait énorme!

Vous pouvez me suivre sur Twitter.